05 mars 2007

The Royal Oui?

Je vous propose un article de Charles Trueheart tire du mensuel The Atlantic Monthly, base a Washington.

Cet article traite essentiellement de la candidate socialiste, mais est egalement revelateur de l'image que nous renvoyons a l'etranger.

Elir la premiere femme presidente en France ne provoquera certainement pas le changement politique que souhaite le pays.

The Royal Oui ?

Par Charles Trueheart.

La France est un pays embourbe dans un systeme economique et social inadequat, un pays surtaxe et surregule qui fait face au chomage et a la sous-productivite, a l’immobilisme qui lui est propre quand ce n’est a de sporadiques explosions de violence. Les Francais eux-meme le reconnaissent et leur fierete est blessee.

En fait, les Francais affichent leur degout du status quo depuis un certain temps : en votant, en masse surprenante, pour des candidats d’extreme-droite a moitie fou, en s’opposant aux efforts maladroits du president Jacques Chirac de reforme des acquis sociaux, en faisant flamber des voitures et des batiments publics dans un elan de frustration et de desespoir, en rejetant une Constitution europeenne redigee par un de leurs anciens presidents et soutenue par toute la classe politique.

Par consequent, pour les elections de 2007 (...), les deux partis majoritaires de droite et de gauche ont choisi des candidats incarnant le renouveau.

Nicolas Sarkozy, 52 ans, et Segolene Royal, 53 ans, en usurpant effrontement le pouvoir a leurs anciens, incarnent ce ras-le-bol general (...).

Ces deux candidats, rompant avec la politique orthodoxe, ont bien entendu ete accueillis positivement par un electorat assoiffe de changement.

Sarkozy a appele a la « rupture tranquille » (...) et Segolene Royal a choque les propres membres de son parti en reclamant la creation de camps d’encadrement militaire pour les jeunes delinquants, la reeducation de leurs parents et un retour a l’  « ordre juste » du travail et des valeurs familiales. Tous deux ont fait des vagues en vantant les merites de systemes politiques etrangers, americain pour Sarkozy ( quelle horreur ! [sic]), britannique et suedois pour Royal. Sarkozy a travaille un discour, pronant l’ordre et la justice, qui correspond aux attentes d’un electorat tente par le Front National, toujours une menace pour les deux partis majoritaires. Royal, a sa propre sauce – et en repondant a la menace Sarkozy avec le sourire – a aussi reussi a seduire cet electorat.

Le caractere transcendental de son appel ne tient pas tant a la nature de ses propositions qu’a sa propre nature (...). Son sexe a bien entendu un grand role a jouer.

Elle attira, en effet, l’attention de la France sur sa personne pour la premiere fois, en choisissant d’afficher une partie de sa vie privee et en melageant feminisme et maternite.

Alors qu’elle etait ministre de l’environnement, sous Francois Mitterand, elle posa pour Paris-Match, peu apres avoir accouche du dernier de ses quatre enfants. Figure marginale pour certains au sein de son parti, elle a su s’attirer la faveur des electeurs par la suite. Et cela a demarre il y a trois ans (...) lorsqu’elle est devenue presidente de la region Poitou-Charentes. L’ete dernier, les pilliers du parti socialiste ont ete ebranles lorsque Royal est apparue plus credible dans les sondages face a Nicolas Sarkozy que les « elephants » du PS.

« Il n’y avait plus rien a faire a partir du moment ou les femmes ont vu en Segolene Royal un moyen personnel de se venger de leurs epoux, de leurs peres ou de leurs patrons », se lamentait Jack Lang, ancien ministre de la culture de 67 ans, candidat invetere a la presidentielle.

Un autre elephant, plus jeune celui-la, aux ambitions presidentielles bien marquees, n’etait autre que le partenaire de Segolene Royal et le pere de ses quatre enfants, Francois Hollande, president du Parti Socialiste. Il se bat aujourd’hui pour sa victoire, offrant a la candidate rebelle l’appui officielle du parti, et rassurant par la meme certains electeurs de gauche mal-a-l’aise face aux idees dangereusement novatrices de la candidate (comme par exemple le reamenagement des 35 heures ou le rallongement des heures de travail des enseignants).

Hollande et Royal, quoi qu’il puisse se passer dans leur vie privee jalousement gardee, reste un couple politique qui reussi (on peut eventuellement penser aux Clinton), et qui a aussi eleve quatre enfants tout en gerant des carrieres bien chargees (...).

Aymeric Mantoux et Benoist Simmat, dans leur biographie de Segolene Royal (...) decrivent « une femme de gauche et une mere de droite ». Royal a fait de questions minimisees par la classe politique, le symbole de son attachement aux problemes qui touchent  les Francais : famille, education, travail, ordre et environnement.

Mais face aux attaques de l’opposition et des medias, Royal resiste, esquive et s’en remet au peuple.

Pendant son premier voyage a l’etranger, en tant que candidate du PS, au Moyen-Orient, elle trebuche quelques fois dans ses propos mais retablie le tire par une accolade avec Ehud Olmert et revient en France avec une credibilite inchangee et des sondages en sa faveur.

En effet, elle conduisait jusqu’a present une campagne presidentielle fondee sur l’ecoute. Elle a instaure le debat participatif sur son site internet « Desir d’Avenir » (...).

Mis a part son sourire Mary Tyler Moure, Segolene Royal a un cote crispe et distant qu’elle a du heriter de son pere (...) un lieutenant colonel de l’armee francaise dont les freres etaient petainistes. Elle naquit a Dakar et demenagea en Martinique avant la retraite de son pere, puis la famille s’installa dans un petit village de Lorraine pour y mener une vie rigide de petit-bourgeois. Elle fut la quatrieme parmi huit freres et soeurs, le dernier « etre inferieur » de la famille, dit-elle. A 19 ans, alors qu’elle etudie a Nancy, elle prend le parti de sa mere, qui a enfin quitter son mari autoritaire, et l’aide a le poursuivre en justice. L’histoire de la famille Royal a captive les Francais, car elle construit l’image de la candidate, jeune fille qui a fuit un destin amere pour se reinventer a Paris. Cela explique egalement sa volonte de construire une famille hors mariage (choix peu courant en France), ainsi que le theme de victimisation qui teinte son discours, bien qu’elle prone le triomphe face a l’adversite.

« J’ai decide que les injustces infligees aux femmes ne seraient pas une fatalite », a t-elle dit dans une recente emission.

« L’ecole a ete pour moi un moyen de reprendre ma liberte et c’est ce qui devrait etre possible pour tout jeune aujourd’hui ». Dans un de ses discours, dans les annees 90, elle s’est adressee a la sainte Jeanne d’Arc elle-meme : « Je veux te dire, au nom de toutes les femmes, de nos soeurs qui ont ete brulees, mutilees, vendues, exploitees, tuees a la naissance parce qu’elles etaient des filles, que nous avons vraiment besoin que d’autres Jeanne se dressent a travers le monde. Les politiques, a ton image, devraient etre derangeants, eminemment genereux et ferocement juste ».

Marc Lambron, un auteur reconnu, etait assez intrigue pour publier un livre sur Royal a l’automne dernier. Il debute sur la speculation qu’elle serait  une autre fille cachee de Francois Mitterand.

Au sens figure, bien entendu, cette ancienne alliee de Mitterand est vue comme la garante de l’heritage socialiste.

(...) Lambron comparait [dans une interview] la decapitation du parti socialiste traditionnel infligee par Royal a la vengeance tranchante d’Uma Thurman dans Kill Bill. Il la compare egalement, non sans dedain, aux tele-evangelistes prechant les croyants, avec son « charismatique message d’espoir et de fierte, qui veut en finir du masochisme ».

Sa phrase l’ « ordre juste », fait-il remarquer, s’inspire d’un Saint-Thomas d’Aquin cher a Benoit XVI. Et face a la sainte Segolene en tailleur blanc, ajoute Lambron, se dresse Sarkozy, qui a toujours eu l’image d’un ruse agisseur de l’ombre, « le genre Soprano ».

(...) Puisque des solutions concretes et douloureuses [aux problemes de la France] ne sont pas encore avancees, quoi de mieux comme placebo que l’election d’une femme moderne a la presidence ? J’aime un des slogans qui revele le pari auquel vont se preter les Francais ce printemps : « Plutot se tromper sur Segolene qu’avoir raison concernant Sarkozy ».

Au soir du 6 Mai, quand les Francais iront se coucher avec un nouveau president a la tete de l’Etat, on pourra dire avec assurance qu’ils auront opte pour le changement. Un changement non specifie ou peut-etre juste apparent. Et s’ils choisssisent Segolene, ils prendront un risque qui en dira plus long sur leur desir d’un nouveau leadership que sur madame Royal.

Posté par Dalawi à 23:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur The Royal Oui?

    Elle me fait l'effet d'une candidate choisie trop tôt par les militants qui se sont laissés "avoir" par une image médiatique qui la mettait au moment du choix à la une..
    choix supperficiel qu'ils payent maintenant !
    un peu comme pour le non à la Constitution là encore les militants avaient choisi le oui sans avoir lu le texte de la constitution, simplement parce qu'ils sont européens, ce que je suis fondamentalement, mais pas une Europe du fric mais du politique qui n'existe toujours pas et n'en prend pas le chemin : on a vu cette faiblesse fasse à l'invasion de l'Irak par les EU et fasse aux produits à bas prix de toutes prevenances : nous sommes les seuls à n'avoir aucune protection

    Posté par Pensée libre, 07 mars 2007 à 09:53 | | Répondre
Nouveau commentaire